Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2012

Les médias et les bonnes nouvelles

"Les médias et les bonnes nouvelles" :  Quels antidotes au pessimisme ambiant ? Oui beaucoup d'entre nous lèvent les yeux au ciel !!! Se connecter sur des sources qui donnent envie d'agir. 

Regardons du bon côté, Lisa GIACHINO la rédatrice en chef de la revue "L'âge de faire" est venue présenter un journal qui regarde les choses positives qui marchent, qui donne des pistes pour aller plus loin et cherche à sensibiliser un public le plus large possible. Le site : www.lagedefaire-lejournal.fr


Nous avons vu aussi Olivier Bérardi pour la TV citoyenne de proximité qui a profiter pour faire un reportage sur le CBN : http://www.dailymotion.com/video/xr8k1d_le-cafe-bonnes-no... 


Ensuite, un groupe de travail s'est mis en place pour le programme de l'année à venir et vos suggestions sont les bienvenues sur l'adresse mail : cafebonnesnouvelles73@gmail.com 



Enfin, ce soir là, il s'est partagé aussi ceci :

1) Une Flash-mob ou le câlin gratuit, une initiative de câlin gratuit dans la rue se met en place à Chambéry une fois par mois, si vous êtes intéressé, un contact : aubertpy@yahoo.fr


2) Une Med-mob : une initiative internationale de méditation pour la paix, une fois par mois partout dans le monde à 12 h heure locale. Des gens se rassemblent pour méditer une heure ensemble, avec les décalages horaires c'est 24h de méditation continue pour la paix. Prochain rendez-vous le 21 juin au parc du Verney à Chambéry à midi.


27 avril 2012

Faire pousser les fermes, ça vivifie la terre !

Jeudi 26 avril : Faire pousser les fermes, ça vivifie la terre !

 

26 avril 2012.jpg


Terre de Liens : Agir concrètement pour permettre l'installation de paysans et le développement d'une agriculture biologique.

- Intervention de Bernard GIRAUDY, administrateur de Terre de Liens Rhône-Alpes : Préservation du foncier périurbain, maintien ou installation de paysans, agriculture respectueuse de son environnement, développement des circuits courts… Des objectifs qui mobilisent fortement engagements citoyens et finances solidaires.

- Présentation des défis, objectifs et modes d’intervention de Terre de Liens

- Témoignage de représentants du collectif qui porte un projet d’installation agricole à Saint-Franc (Savoie). Les acteurs concernés, le projet, la démarche de mobilisation d’une épargne de proximité et le soutien de Terre de Liens.


Des sites : http://terredeliens.org et http://www.rhone-alpesolidaires.org/terre-de-liens-rhone-... 


 

14 février 2012

L'Habitat Partagé


Comment mieux vivre ensemble ?

1) - "Le château partagé" à Dullin : Un château partagé qui favorise le lien social, la mixité, l'entraide entre générations par la mise en commun de moyens et la convivialité des échanges... 

Habitat partagé

2) - "Habiterre en Diois" : Eco-lieu pour 10 feux, une maison commune pour nous accueillir et pour être ouvert sur l'extérieur, une façon de vivre ensemble avec chacun son chez soi même si c'est la coopérative qui est propriétaire de l'ensemble... s'inscrire dans plus de simplicité et de convivialité.
http://www.habiterre.org/ 

 

 Pour complèter la réflexion... 

"Vivre entre amis mais chacun chez soi" : un article du Monde sur une initiative d'habitat partagé à Montpellier.
http://montpellier.blog.lemonde.fr/2012/02/07/vivre-entre-amis-mais-chacun-chez-soi/ 


"Habitat groupé et organismes HLM : Une utopie réalisable et reproductible ?" par Emilie Cariou dans la revue RECMA(Revue internationale de l'économie sociale) 

Habitat locatif groupé.pdf

 

 

Cecile Duflot remet la Légion d’honneur à une maire Robin des bois du logement

Jacqueline Rouillon en septembre 2009 ( AFP PHOTO MIGUEL MEDINA )

Une Légion d’honneur attribuée à une Robin des bois du Front de gauche. Cécile Duflot a élevé Jacqueline Rouillon au grade de chevalière de l’ordre national. La ministre écologiste récompense ainsi la maire communiste de Saint-Ouen, commune de la «ceinture rouge » parisienne. Elle vient surtout couronner une démarche assez culottée de l’élue qui tente – et parvient- depuis six ans à contenir la spéculation immobilière en préemptant les logements mis en vente. Une pratique à la lisière de la légalité mais qui marche.

Depuis 2005, la mairie a mis en place deux dispositifs pour bloquer la montée des prix et la spéculation, une charte promoteur et la préemption. Avec la crise du logement à Paris, cette commune de Seine-Saint-Denis est l’objet d’une convoitise certaine des constructeurs. Située aux portes de Paris, elle dispose en effet de terrains en friches et de locaux industriels vides comme toute cette banlieue nord victime de la désindustrialisation. Au début des années 2000, les premières opérations s’annoncent et avec elles, l’envolée des prix liée à la crise du logement à Paris.

"Eviter que le marché s'emballe"

Jacqueline Rouillon, soucieuse de garder sa population de petits employés et fonctionnaires, réactive alors une vieille pratique des municipalités communistes : le rapport de forces avant la négociation, illustration d’une tactique éprouvée. Ainsi pour toute opération immobilière de logements neufs, la ville impose aux promoteurs la signature d’une charte qui les oblige à vendre à un prix inférieur de 10% par rapport à celui du marché, ainsi qu’une diminution supplémentaire du prix de vente de 10% pour les bénéficiaires des prêts à taux zéro. Et ça marche ! Une trentaine de promoteurs s’engagent et 50% des lots commercialisés ont fait l’objet d’un prix encadré. Comme sur la grosse opération d’aménagement des Docks, vaste éco-quartier en bordure de Seine, où 500 promesses de vente ont été réalisées avec un prix au mètre carré plafonné à 4500 euros.

L’autre dispositif, plus osé, concerne le logement ancien : là, la mairie utilise son droit de préemption pour obtenir des baisses de prix. Les propriétaires souhaitant vendre sont invités à ne pas dépasser un seuil évalué par le service de domaines, soit entre 3000 et 3500 euros le mètre carré. S’ils passent outre, la mairie annonce qu’elle préempte. La simple menace suffit souvent à les faire céder : « la plupart du temps, on utilise ce levier comme pouvoir de négociation », reconnaît l’entourage de la maire.  « La préemption permet d’empêcher que les prix passent du simple au double à la revente et que le marché s’emballe », explique Mme Rouillon.  En 2011, sur les 800 ventes d’appartement réalisées, seule une cinquantaine ont été préemptés.

Justice saisie pour atteinte au droit de propriété

Là encore, la coercition a marché : sur la totalité des transactions, l’économie pour les acheteurs s’élève à 18 600 euros en moyenne. « Les propriétaires viennent nous voir pour savoir si le prix affiché est raisonnable », raconte Dominique ferré, directrice de la gestion urbaine. Non sans mal : les blogs contestataires ont été assaillis de propriétaires s’estimant spoliés. Et si certains ont fini par admettre le plafond fixé avant que la procédure n’aille à son terme, d’autres ont saisi la justice pour atteinte au droit de propriété. La justice a différemment apprécié les plaintes, condamnant la mairie à plusieurs reprises, la relaxant dans d’autres cas. Qu’importe, répond Jacqueline Rouillon, « le droit au logement est une question brûlante et il nous appartient de le garantir ». « Pour nous, même avec des pénalités entre 50 et 60 000 euros, on est largement bénéficiaire, car on a ralenti le prix du foncier pour le logement social et les équipements », insiste-t-elle. Il est vrai qu'au regard de l'envolée des prix du mètre carré dans les communes voisines, Saint-Ouen maîtrise son foncier.

Jacqueline Rouillon, ancienne communiste passée à la Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologiste) n’est pas peu fière de se voir attribuer le célèbre ruban rouge. Sa persévérance aura été remarquée par Cécile Duflot qui a tenu à récompenser la «politique courageuse » d’une élue qui « s’est attaquée à la loi du marché qui régit l’immobilier », explique un membre de son cabinet. Le 18 décembre, la ministre de l’égalité du territoire et du logement lui remettra la distinction en mairie. Un pied de nez à l'un des droits les plus protégés, la propriété privée.

Sylvia Zappi